Lutte obligatoire contre la flavescence dorée : quoi de neuf pour 2017 ?

La prospection de nos vignobles effectuée année après année permet de mieux cibler la lutte contre la flavescence dorée et ainsi d’adapter le nombre de traitement dans chaque commune de notre appellation. Ainsi, pour 2017, les modalités de lutte obligatoire concernant la cicadelle de la flavescence dorée viennent d’être communiquées.

Il y a peu de changement pour notre appellation par rapport à 2016 à l’exception de certaines communes. Ainsi Caissargues et Nîmes entrent désormais en zone de lutte obligatoire avec un traitement minimum obligatoire. Le Cailar passe à trois traitements obligatoires au lieu d’un seul (à l’exception du lieu-dit le Coquillon qui reste à un traitement obligatoire). Les communes de Jonquières-Saint-Vincent, Lédenon, Meynes (sauf lieu-dit le Tord) et Sernhac n’ont plus qu’un traitement à réaliser cette année contre trois en 2016.

  • Communes à 3 traitements obligatoires (1er au 16 juin 2017 pour le 1er traitement, second traitement réalisé 15 jours après le premier et les dates du troisième et dernier traitement seront communiquées ultérieurement) : Bezouce, Le Cailar (sauf lieu-dit le Coquillon) et Meynes (seulement lieu-dit le Tord) ;
  • Communes à 1 traitement obligatoire (1er au 16 juin 2017) : Beaucaire, Bellegarde, Le Cailar (seulement lieu-dit le Coquillon), Caissargues, Jonquières-Saint-Vincent, Lédenon, Manduel, Meynes (sauf lieu-dit le Tord), Nîmes, Redessan, Saint-Gilles, Sernhac et Vauvert.

Pour être efficace, la lutte contre la flavescence dorée doit se faire collectivement à la fois par de la prospection (en adhérant à un GDON ou à la FEDON directement lorsqu’ aucun GDON n’est constitué) et/ou par de la lutte chimique ou de l’arrachage sanitaire en dernier recours. L’aménagement de la lutte notamment dans les communes de Meynes et du Cailar est rendu possible par l’existence d’un GDON (Groupement de Défense Contre les Organismes Nuisibles). C’est pourquoi participez à lutte collective et adhérez à un GDON !

Il n’y a pas de honte à avoir un ou plusieurs plants flavescents dans sa parcelle. Plus ceux-ci seront détectés précocement, plus le foyer sera circonscrit rapidement. D’autant plus qu’il y a un décalage d’une année entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes.

A télécharger

  1.  Avis de traitement
  2. Arrêtépréfectoral
  3. Produits autorisés – Coût des fournitures en viticulture-oenologie 2017
  4. Guide des bonnes pratiques régions touchées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *